Marqueterie : fiche métier et activités

La marqueterie est un ornement fait à partir de placages découpés suivant un dessin et fixés sur une base. Les placages peuvent être de différentes matières telles que la pierre, l’ivoire, la paille, les métaux, l’os ou bien les écailles de tortue.

Historique

Au début de la marqueterie, il y avait l’incrustation. Elle est réalisée pour décorer des objets en bois depuis l’antiquité égyptienne. Elle peut également être en pierre dure ou semi-précieuse. Les images recueillies peuvent être abstraites, géométriques ou encore figuratives. Le marqueteur est l’artisan qui fait de l’artisanat de marqueterie. Cette méthode consiste à incruster des pièces d’une autre matière dans le bois creusé. Au XIVè siècle, les italiens employèrent à nouveau cette méthode pour décorer les meubles. La marqueterie atteint son sommet au XVIIè siècle, suivant le style Louis XIV. Après cela, la marqueterie est abandonnée, employée notamment en frisage. À la fin du XIXè siècle, cet artisanat d’art réapparait pour sublimer les formes naturelles de l’art nouveau.

Quelques méthodes

L’intarse est l’aïeul de la marqueterie. Cette méthode, connue durant l’antiquité, consiste à insérer des matériaux autres que le bois, tel que la pierre ou la nacre. Pendant cette période, la marqueterie se voit principalement sur des monuments. L’Italie renouvela cette méthode en la réalisant aux meubles  au XIVè siècle avec des mobiliers plaqués de nacre, de bois ou d’os.

La marqueterie Boulle est une marqueterie par découpe superposée. Elle n’emploie pas beaucoup d’essences de bois ou d’autres matières différentes. Le plus souvent, on entend par marqueterie une méthode consistant mettre des décors, et des motifs. La marqueterie est une méthode d’ébénisterie qui permet de faire un assemblage créatif de feuilles de bois d’essences variées. Au XVIIè siècle, la marqueterie s’est propagée dans l’Europe entière.

La marqueterie iranienne

On peut trouver cet artisanat un peu partout en Iran. Cet artisanat emploie des matières premières naturelles telles que des minces fils de laiton, des bois peints naturellement, de l’os de chameau. Ces matières premières sont toutes découpées finement en baguettes. La marqueterie fait partie des métiers de tradition.

Ensuite, ces baguettes sont rassemblées en faisceaux. Chacune de ces baguettes est mise à un endroit précis suivant le dessin que l’on veut avoir en coupe normale. Ces faisceaux sont collés par pression à la colle d’os et on les scelle entre deux plaquettes de contreplaqué. Après, le mélange de ces pièces formant un pain est mis dans une presse où il demeure durant douze à vingt heures. On obtient un bloc après décoffrage. Des lamelles minces sont découpées à l’aide d’une scie à ruban. Ce sont ces fines lamelles qui seront placées sur la base à décorer puis fixées à la colle d’os chaude.