L’artisan traditionnel de restaurateur de faïence

La faïence est un terme qui compose tous les objets de terre cuite émaillée. Elle se distingue des autres matières par sa perméabilité. Elle est constituée de feldspath, d’argile, de craie, de silice et de dolomie.

La restauration de faïence

La ville italienne de Faenza a donné son nom à la matière céramique faïence. C’est de la poterie douce, enveloppée d’une strate d’émail rendu épais par l’ajout d’oxyde d’étain, se prêtant à recevoir une décoration peinte de pigments tirés d’oxydes métalliques puis fixés à l’aide de la cuisson. La faïence est marquée par sa perméabilité. Elle est constituée de ces matières premières : le feldspath, l’argile, la craie, la silice et la dolomie.

Il est convenable de conserver le terme de faïence en artisanat de poterie. La faïence cuit à 400 degrés environ. Elle peut être ornée sur l’émail cru ou sur l’émail cuit. Dans la première option, la faïence supporte des températures très élevées, plus de 800 degrés tandis que dans la deuxième, la température ne doit pas surpasser les 400 degrés. Il y a également la faïence fine, qui est faite à partir de pâte blanche fine. Cette faïence est enveloppée d’un vernis rendant sa brillance à la pâte blanche.

Le conservateur-restaurateur

Le conservateur-restaurateur est parfois confondu à un travail d’artisan d’art ou d’artiste. Il ne fabrique pas d’objets culturels neufs. Il a poursuivi une étude spécialisée en conservation-restauration lui permettant de se mêler avec interventions spéciales avec un code de déontologie reconnu mondialement.

Le but d’une intervention de conservation-restauration n’est pas de remettre à neuf des objets ethniques suivant la tradition, mais de rallonger leur durée de vie dans tout ce qu’ils représentent.

Il s’agit de comparer le bricolage aux pratiques sauvages des interventions spéciales de conservation-restauration. Ce sont uniquement les professionnels qualifiés qui sont à la hauteur pour donner des conseils sérieux et de différencier conserver et restaurer.

Les missions du conservateur-restaurateur

En partenariat avec d’autres spécialistes et scientifiques, il étudie l’œuvre, crée une constatation d’état de préservation et un diagnostic. Il présente et applique un procédé conçu sur l’objet avec le propriétaire de l’œuvre. Il recommande et participe. Il note des rapports métier en révoquant tous les avis concernant la valeur marchande. Il crée un descriptif en photo sur l’état avant, pendant et après l’intervention. Il dirige une enquête. Il participe aux programmes d’éducation. Il assiste à des mouvements de sensibilisation et de valorisation.

Le restaurateur de faïence et de porcelaine fait une constatation de l’état de l’objet. Il réduit les dégradations, à l’aide d’un nettoyage, effectue l’application de mastic, répare les décors, les vernis et recolle ce qui en ont besoin.